-----Des idées et des actions pour développer votre communication-----

-----Des idées et des actions pour développer  votre communication-----

Êtes-vous timide?

Manquer d'assurance, de confiance en soi, être "timide", est un handicap considérable pour réussir sa vie.
** Les points caractéristiques des timides sont :**
Le point le plus important est l'analyse excessive de ses propres réactions, la préoccupation de soi. Cette
autocritique permanente provoque l'inhibition, le freinage des facultés mentales et créatrices, surtout
en groupe.
Cela vous empêche de communiquer efficacement, donc cela fausse l'impression qu'ont les autres de vous.
Cela vous empêche de défendre vos droits et d'exprimer votre opinion et votre personnalité.
Toutes ces difficultés vous empêchent d'apprécier des moments qui auraient dû être des moments agréables, et il en résulte la peur de rencontrer de nouvelles personnes, de se faire des amis.
Une enquête, menée par le Standford Research Institute (EU) auprès de 5.000 personnes, a montré que 80 % des gens ont été ou sont timides, et que 40 % de la population se considère comme actuellement timide.
Vous le voyez, vous n'êtes pas seul.
** Le mythe de la personnalité immuable **
Pour ne plus être timide, le premier pas consiste à vaincre le "mythe de la personnalité immuable". Ce
mythe, profondément ancré dans notre culture, veut que nous ayons une personnalité immuable, soi-disant
"naturelle", acquise dès notre naissance, ou dans la petite enfance, et qui constitue notre essence même.
Les dictons regorgent de phrases telles que "Chassez le naturel, il revient au galop".
Or, les travaux de la psychologie moderne nous montrent que tout cela est un mythe. Les cas célèbres
de multiples personnalités nous démontrent, si c'est nécessaire, qu'en chacun de nous le potentiel de
changement existe.
Le mot "personnalité" vient de "persona", masque. La personnalité n'est qu'un masque, un rôle, et nous
pouvons en changer à volonté. Nous avons bien une nature profonde, un potentiel, un acquis génétique,
mais celui-ci est beaucoup plus vaste que la personnalité que nous exprimons. Les mêmes mécanismes
d'influence parentale, de suggestion, d'autosuggestion, d'habitudes qui ont créé notre personnalité, peuvent être utilisés pour la modifier.
Le plus important est d'admettre cette possibilité de changement. Sans changement, il n'est pas de progrès possible.
** Agissez! **
La deuxième étape que vous devez franchir pour atteindre l'assurance et la confiance en soi, est
d'agir. Lire cette newsletter est bien, mais si vous ne faites que cela, cela ne servira pas à grand chose.
Prenez l'engagement vis-à-vis de vous-même d'agir, sinon votre effort ne servira à rien.
** Changez votre Image de vous **
Avoir confiance en quelqu'un, c'est le connaître, l'apprécier, voir ses qualités, ses côtés positifs, se
fier à lui. Mais pourriez-vous avoir confiance en quelqu'un que vous critiquez tout le temps, dont vous
ne voyez que les aspects négatifs, les défauts ? Certes pas.
Cette personne c'est vous. Par votre dialogue intérieur, vous remplacez les injonctions de vos
parents : "Ne fais pas ci, ne fais pas ça" - "Tu aurais dû..." - "Que vont-ils penser de toi ?". Vous
avez un gendarme et un critique dans votre tête. Le rôle de gendarme est la répression, le rôle de la
personnalité est juste le contraire : l'expression. La répression empêche vos possibilités latentes de
s'exprimer.
--------------------
Apprenez à dire NON
--------------------
Dire NON, cela n'est pas toujours facile, mais cela s'apprend.
Si vous voulez bien gérer votre temps, établir un véritable climat de communication entre vous et les
autres, vous devez vous y entraîner.
Les psychologues nous disent que ne pas savoir ou oser dire "non" est lié à une peur profondément ancrée en nous depuis notre enfance :
"Si je dis non, on va moins m'aimer !".
La conséquence directe de refuser quelque chose à quelqu'un serait de perdre son affection, son amitié.
Donc, pour "faire plaisir", je dis "oui". Et c'est là où tout se gâte: le résultat de mon acceptation
malgré moi sera du ressentiment. Le climat de communication sera troublé.
** Voici 5 conseils pour apprendre à dire NON : **
1. Écoutez attentivement la requête de l'autre, et prenez votre temps avant de donner votre
réponse.
Si quelqu'un, par exemple, vous téléphone pour vous demander de l'accompagner à un rendez-vous,
et que vous n'êtes pas certain d'avoir envie d'y aller, répondez simplement:
"Il faut que je réfléchisse, je te rappelle dans quelques minutes".
Ne décidez qu'après avoir réfléchi.
2. Dites la vérité.
Ne vous empêtrez pas dans des excuses vaseuses, inventées à la seconde et oubliées aussitôt. Un
mensonge peut avoir des conséquences bien pires sur les relations qu'un NON franc.
3. Dites "non" avec tact et ne blessez jamais.
Refuser, dire "non", n'est pas synonyme d'assommer, de faire mal. Si quelqu'un vous
invite à assister à une réunion qu'il organise et que vous n'avez pas envie d'y aller, dites :
"Merci d'avoir pensé à moi, mais je n'ai vraiment pas le temps!".
Plutôt que :
"Tes réunions me font toujours perdre du temps. Je n'y vais pas!".
4. Ne vous laissez pas embarquer dans une argumentation.
Si quelqu'un est surpris par votre refus et essaie de vous faire changer d'avis, évitez de
vous lancer dans une explication compliquée du pourquoi de votre refus.
Regardez la personne gentiment, souriez et redites-lui : "NON".
Sinon, vous risquez de partir dans une discussion interminable qui risque de mal tourner.
5. Ne vous excusez pas.
Rien ni personne ne vous oblige à vous excuser parce que vous avez dit "non". Dire "non" est
votre droit le plus absolu. Tout ce que faites en vous excusant, c'est de vous placer en situation
d'infériorité.

©2008-118 www.communicateurs-efficaces.com



26/03/2012
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 136 autres membres